Carole Brenner

Biographie

D'actrice à scénariste

La carrière de Carole Brenner dans le cinéma débute au début des années 80, avec le film « Comment draguer toutes les filles » de Michel Vocoret. Un an plus tard, elle revient avec « Plus beau que moi tu meurs » de Philippe Clair , « Tir groupé » de Jean-Claude Missiaen et « Légitime violence » de Serge Leroy.

En 1984, Carole Brenner joue dans le film de Michel Blanc « Marche à l'ombre », qui sera suivi de « Vive le fric » de Raphaël Delpard. Un an plus tard, l'actrice collabore avec les grands noms du cinéma français comme Gérard Jugnot, Anémone ou encore Josiane Balasko dans « Tranches de vies » de François Letterier.

Viennent ensuite des rôles dans des films comme « Gros dégueulasse », « Twist again à Moscou » ou encore « Les Secrets professionnels du docteur Apfelglück » qui sort en 1991. La même année, Carole Brenner joue le rôle de la « pétasse accidentée » dans le film de Gérard Jugnot « Une époque formidable ».

Cette œuvre obtiendra d'ailleurs diverses nominations lors des Césars en 1992, à savoir, meilleur espoir masculin, meilleur second rôle masculin et meilleur acteur pour Gérard Jugnot.
 
En 1993, Carole Brenner joue dans « Coup de jeune » et « Pas d'amour sans amour ». L'année 1998 marque les débuts de l'actrice en tant que scénariste avec la comédie intitulée « Ça reste entre nous », réalisée par Martin Lamotte, avec Sam Karmann et Catherine Frot.

Le film relate l'histoire de Patrick, marié à Hélène sa femme et qui néanmoins entretient une relation avec sa voisine Élisabeth. Deux ans plus tard, Carole Brenner joue une fois de plus dans un film de Gérard Jugnot, « Meilleur espoir féminin ».
 

Du petit écran aux planches

Parallèlement à ses rôles au cinéma, Carole Brenner joue également pour la télévision. En 1981, l'actrice joue dans le téléfilm « Gaston Lapouge » de Franck Apprédéris. Suivent ensuite des rôles dans « La vie de Maupassant », « Des grives aux loups », « Police des polices », « Maigret » ou encore « On ne prête qu'aux riches » sorti en 2005, pour ne citer que ces œuvres.
 
Sur ses deux derniers rôles à la télévision, à savoir « Les copains d'abord » en 2003 et « On ne prête qu'aux riches »,Carole Brenner a collaboré aux scénarios. A côté de ses rôles devant la caméra, l'actrice joue également pour le théâtre.

Ainsi, Carole Brenner monte sur les planches en 1987 dans la pièce de Jean Feydeau, adaptée par Jean Poiret, « Tailleur pour dames ». S'enchaînent ensuite les rôles dans « Léa » par Raoul Mille, écrivain de « Les amants du paradis » et « Le paradis des tempêtes ».

Elle joue ensuite dans « Existe en 3 tailles » en 1989, une pièce mise en scène par Les Filles. L'année 1993, l'actrice co-écrit « Un couple infernal » avec Martyne Visciano.

La consécration arrive en 2007 dans « Carole Brenner est une femme heureuse » sur une mise en scène de Gilbert Agnelli et Michèle Garcia. Sur scène, Carole Brenner amuse le public avec ses répliques comiques.

Dans la pièce, la comédienne incarne un personnage qui essaye 16 nouvelles recettes pour trouver l'homme idéal en allant sur les sites de rencontre, en suivant les conseils de sa mère ou même en fréquentant les salles de gym.

A propos de l'homme idéal, le personnage de Carole Brenner le décrit comme étant « grand, beau, brun et baraqué », le tout est de savoir le dénicher. Désopilant, le spectacle est salué par le public qui avoue avoir passé un bon moment pendant la soirée.


Artiste discrète

Avec plus d'une vingtaine d'années d'expérience derrière elle, Carole Brenner est une comédienne plutôt discrète. Elle a par ailleurs gardé de bons contacts dans son milieu professionnel, à savoir Gérard Jugnot avec lequel elle a joué dans plus d'un film.

Elle a également collaboré avec Martin Lamotte en tant que réalisateur pour son premier long métrage « Ça reste entre nous ». L'actrice est représentée par Danielle Gain de l'agence artistique Cinéart.