© CREASHORE

Christian Clavier

Né(e) le 6 mai 1952 (64 ans)

Biographie

Ses débuts

Christian Clavier voit le jour le 6 mai 1952 à Paris. Il est le frère du réalisateur Stéphane Clavier et le neveu du producteur Yves Rousset-Rouard. Il fréquente d'abord le lycée Pasteur de Neuilly jusqu'à l'obtention de son baccalauréat et poursuit par la suite des études de sciences-politiques.

Entre temps, il se découvre une véritable passion pour la comédie et monte quelques spectacles amateurs avec ses amis du lycée. Ces derniers ne sont autres que Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot et Michel Blanc, avec lesquels il fondera la troupe de comédiens du café-théâtre Splendid.

Très vite, il laisse tomber les études pour se consacrer à sa carrière de comédien ainsi qu'à sa troupe, à laquelle sont venues s'ajouter Marie-Anne Chazel et Josiane Balasko.

Se démarquant du reste de la troupe par un talent inné pour la comédie, Christian Clavier se voit offrir, de 1973 à 1979, de petits rôles dans des films à succès moyen comme « L'an 01 » en 1973, « Que la fête commence » en 1975, « F... comme Fairbanks » en 1976 ou encore « Le diable dans la boîte » en 1977.

Après de petites apparitions dans plus d'une dizaine de films, le comédien rencontre en 1978 la consécration de sa carrière d'acteur. Avec la troupe du Splendid et le concours du réalisateur Patrice Leconte , il adapte au cinéma leur pièce « Amour, coquillages et crustacés », ce qui donnera naissance au film à succès « Les bronzés ».

Forts du succès de ce film, Christian Clavier et toute sa bande enchaînent l'année suivante avec « Les bronzés font du ski », qui connaîtra le même succès fou.


Une Nouvelle star

Ayant acquis une certaine réputation sur le grand écran français, Christian Clavier reçoit une pléiade de propositions de rôles. Il tourne en 1980 dans « Cocktail molotov » ainsi que dans « Clara et les chics types » et tient dans la même année le rôle principal de « Je vais craquer ».

Après avoir reçu de bonnes appréciations de la part des critiques pour son rôle dans « Les babas cool », l'acteur renoue en 1982 avec les plus hautes marches du succès grâce au film « Le père noël est une ordure ».

Le film est une adaptation d'une autre pièce de la troupe du Splendid et compte tous les membres de la troupe dans le casting.

Très demandé, Christian Clavier tient la vedette en 1983 du film « Papy fait de la résistance », qu'il a co-écrite. Depuis et jusqu'à la fin des années 80, il enchaînera une poignée de films à succès moyen dont « Twist again à Moscou » en 1986 et « Mes meilleurs copains » en 1989.

L'arrivée des années 90 est synonyme, pour Christian Clavier, de consécration sur le plan professionnel.

En 1991, il partage en effet l'affiche avec Jean Reno dans le film à succès « L'opération Corned-beef » et figure dans le casting all-stars du film « Les secrets professionnels du Dr Apfelglück », aux côtés de Thierry Lhermitte, Jacques Villeret, Jean-Marie Bigard, Jean Yanne, Dominique Farrugia et plusieurs de ses amis du Splendid.

En 1993, l'acteur refait équipe avec Jean Reno dans le film « Les visiteurs », qui générera près de 14 millions d'entrées en France.

Devenu une icône du cinéma comique de France, Christian Clavier joue dans la même année dans le film « La soif de l'or » de Gérard Oury.


Ces 15 dernières années

Après « La vengeance d'une blonde », « Grosse fatigue », « Les anges gardiens » et « Les sœurs Soleil », Christian Clavier renoue avec le succès en 1998, grâce au film « Les visiteurs 2: Les couloirs du temps ».

En reprenant son rôle de Jacquouille la Fripouille et en retrouvant son ami Jean Reno , il s'impose comme étant l'un des plus grands acteurs de sa génération.

En 1999, il inscrit un autre film devenu culte dans son palmarès de superstar, en jouant dans « Astérix et Obélix contre César » et en donnant de nouveau la réplique à Gérard Depardieu , avec qui il a déjà formé un duo dans « Les anges gardiens ».

Au sommet de sa gloire, Christian Clavier entame les années 2000 en participant à la série télévisée « Les misérables ». L'année suivante, il joue dans « Just visiting - Les visiteurs en Amérique », le remake américain de son film à succès.

En 2002, il retrouve le personnage d'Astérix dans « Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre » et entame le tournage de la télésuite « Napoléon ». Incontournable, il enchaîne avec « Lovely Rita, sainte patronne des cas désespérés » en 2003, « L'enquête Corse » et « Albert est méchant » en 2004 ainsi que « L'antidote » en 2005.

En 2006, Christian Clavier retrouve ses amis du Splendid dans « Les bronzés 3 - Amis pour la vie » et voit sa notoriété renforcée.

Dans la même année, il est à l'affiche de « L'entente cordiale » aux côtés de Daniel Auteuil et enchaîne l'année suivante avec « Le prix à payer » et « L'auberge rouge ».

En 2009, Christian Clavier figure dans le casting du film « La sainte victoire ».

Vidéos

Photos