Didier Benureau

Né(e) le 28 octobre 1956 (59 ans)

Biographie

Didier Bénureau est né le 28 octobre 1956 à Courbevoie, dans la banlieue ouest de Paris. Passionné par la musique, il découvre la guitare à 15 ans et en 1975, il fonde le groupe acoustique « Quasifolklo ».

C'est au début des années 1980 qu'il décide de devenir acteur. Il fait des figurations au cinéma et à la télévision.


Du Petit Théâtre de Bouvard au cinéma

En 1985, le jeune comédien participe au Petit Théâtre de Bouvard et présente ses personnages de névrosés, méchants, bêtes et crétins. Il fait alors la rencontre de Muriel Robin . En 1986, il écrit avec elle la pièce « Donne-moi ton linge, j'fais une machine », jouée au Théâtre de Dix-Heures.

Entre 1990 et 2000, Didier Bénureau enchaîne les seconds rôles au cinéma dans des films de Diane Kurys , Jean-Marie Poiré, Luigi Comencini, Alain Berberian, Valérie Lemercier , Dominique Farrugia .


Les one-man-shows se succèdent

En 1993, il présente son deuxième one-man-show, mis en scène par Dieudonné .

En 1994, il joue dans les Brèves de Comptoir mis en scène par Jean-Michel Ribes. La pièce connaît un grand succès.

De 1997 à 1999, il joue son troisième one-man-show au café de la Gare puis à la Comédie Caumartin.


Récompensé

Entre 1999 et 2000, Didier Bénureau fait partie de la bande du Fou du Roi aux côtés de Stéphane Bern sur France Inter.

En août 2001, il réalise son premier spectacle « Pour Morales » à la Théâtre de la Gaîté-Montparnasse, qu'il jouera jusqu'en 2003. Sa « Chanson pour Moralès » assure un grand succès au spectacle, qui sort également en DVD.

En octobre 2006, il revient avec son nouveau spectacle « Bobo », qu'il joue à Paris puis en province.

Didier Bénureau reçoit en 2007 le Grand Prix de l'Humour Noir, et en 2009, le Prix de la SACD du meilleur one man show.

Cette même année, son « Best Of » lui permet de jouer à guichet fermé sur la scène de l'Olympia. Il interprète ensuite plusieurs rôles au théâtre, dans « Oncle Vania » de Tchekhov aux côtés de Philippe Torreton, puis avec Romane Borhinger dans « Les amis du Placard » de Gabor Rassov.

En 2010 et 2011, il continue de faire rire la France avec ses one man shows « Bobo » et « Best Of ».  En septembre 2011, son nouveau spectacle « Indigne » se joue pendant quatre mois au Théâtre du Splendid à Paris. Le public est conquis, Didier Bénureau fait salle comble et part en tournée. Le DVD sort en novembre 2012.

En 2013, il présente au Théâtre du Palais Royal à Paris « Mon beau-père est une princesse », une nouvelle comédie à l'humour décapant aux cotés de Michel Aumont et Claire Nadeau.

En 2015 : au Théâtre du Rond Point : Didier Bénureau et ses cochons !

 Arghhhh… Alors c’était ça, la vie ? Des caddies pleins à ras bord ?
Il ose tout, dresse les portraits acerbes, critiques, burlesques et pathétiques de ses contemporains. Il a le goût des métamorphoses, devient un travesti nostalgique du temps béni de la collaboration, un évêque à perruque, un poète ringard, un bobo en pleine crise de conscience, un violeur d’humoristes ou un môme décérébré. Il se transforme, chante, danse, joue du ukulélé, il offre un panel exhaustif de la population. Il est un institut de sondage à lui tout seul, qui en dit plus long sur la société comme elle va, si mal, avec ses cons, ses boules de nerfs, ses morveux arrogants et ses vieux odieux. Il ne s’interdit rien, caricaturiste de tout le monde.

Vidéos