© Rire & Chansons

Francis Blanche

Né(e) le 21 juillet 1921 (95 ans)

Biographie

Fils du comédien Louis Blanche, Francis Blanche débute à l’âge de 17 ans dans un petit cabaret de MoNTMartre. A partir des années 40, il se fait connaître en tant que parolier de plusieurs grands succès de l’époque : “Débit de lait, débit de l’eau” (1943), chanson écrite en collaboration avec Charles Trenet, “Le Gros Bill” (1945), “Frénésie” (1945). Son plus grand succès est du aux paroles françaises de “Bésame mucho” (1941) sur une musique de Consuelo Velasquez. Il est également parolier de la “Chanson aux nuages” (1945) chantée par Tino Rossi, “Le prisonnier de la Tour” (1948) chantée par Edith Piaf, “Ça tourne pas rond dans ma p’tite tête”, “Le général à vendre”, “Vive le vent”, etc.

Après la guerre, en1945, il endosse l’habit de présentateur de télévision aux cotés de Pierre Cour, puis en 1946 il anime l’émission de radio “Sans rime ni raison”, continuant en 1950 avec le feuilleton farfelu “Signé Furax” aux côtés de Pierre Dac. Avec celui-ci il compose un triomphal duo comique qui leur vaut le Grand Prix de l’Humour en 1956.

Mais il doit ses plus grands succès au septième art ; il interprète des personnages loufoques et grinçants ; en 1959 il est dans le rôle du commandant Schultz dans “Babette s’en va-t-en guerre” de Christian Jaque,  ou dans des films comme “La jument verte” de Claude Autant-Lara ou “Les Barbouzes” de Georges Lautner.

En 1962 il réalise et interprète“Tartarin du Tarascon” d’après le roman d’Alphonse Daudet, qui n’atteignit pas le succès attendu. Il a également écrit des scénarios de plusieurs longs métrages : “Une fille à croquer” (1950) de Raoul André, “Faites-moi confiance” (1953) de Gilles Grangier et “La grande bouffe” (1973) de Marco Ferreri.
Il est également l’acteur de près de cent vingt films, étant souvent le partenAIRe de Darryl Crowl. Il a collaboré avec Luis Bunuel, Roger Moore, Michel Sarrault

Au théâtre, il interprète en 1961 le personnage très connu, “Tartuffe” de Molière, puis on le retrouve dans le rôle de Néron dans “L’Etouffe-chrétien” de Félicien Marceau.

Auteur de plus de six cents chansons, de plusieurs scénarios, des livres et des adaptations pour les enfants et pour les grands, Francis Blanche est victime en 1974 d’une crise cardiaque. Avant sa mort, son dernier film, “Une baleine qui avait mal aux dents” vient couronner l’artiste plein de dérision qui a enrichi le patrimoine français de toutes ses réalisations.

Photos