© CREASHORE

Jean Yanne

Né(e) le 18 juillet 1933 (83 ans)

Biographie

Débuts

Jean Roger Gouyé, plus connu sous son nom de scène Jean Yanne, voit le jour le 18 juillet 1933, aux Lilas. Il fréquente le lycée Chaptal avant de s'orienter tout d'abord vers des études de journalisme, auprès du Centre de formation des journalistes à Paris.

Très vite, Jean Yanne se penche sur les métiers du rire et se met à pondre ses premiers sketches. Il délaisse alors le journalisme pour se produire dans des cabarets. Les Trois Baudets lui ouvre ensuite ses portes et Jean Yanne s'y produit pendant deux ans.

Plus tard, il intègre la troupe d'Yves Robert et jouera dans « Les carnets du Major Thompson » en 1952. En 1954, il s'absente pendant près de trois ans des cabarets pour effectuer son service militaire.

De retour à Paris, il s'adonne à la Chanson et sort un premier disque. Il entame une carrière dans la radio en 1961 et continue en parallèle d'écrire des Chanson s ainsi que des scénarios de films ou de bandes dessinées.

Non seulement Jean Yanne écrit pour lui mais également pour le compte d'autrui, à l'instar de Philippe Clay, Line Renaud, Joséphine Baker, Jean Richard ou encore le dessinateur Tito Topin.

À la radio, Jean Yanne est connu pour le personnage ronchon et râleur qu'il s'est forgé.


Au cinéma

Sa carrière cinématographique commence en 1964 avec le film « La vie à l'envers », dans lequel il partage la vedette avec Charles Denner. S'ensuivent des prestations d'acteur peu remarquées, dans des films à succès mineur comme « Week-end », « Bang-bang », « Le boucher » et « Que la bête meure », avant de connaître un grand succès avec « Erotissimo » sorti en 1968.

La consécration de sa carrière de comédien survient en 1971, avec « Nous ne vieillirons pas ensemble », qui lui vaudra une récompense au Festival de Cannes pour la meilleure interprétation masculine.

Fort de son succès en tant que comédien, il met sur pieds sa propre boîte de production, en collaboration avec Jean-Pierre Rassam. Baptisé Cinéquanon, il y produira et réalisera un grand nombre de films dont « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » qui lance sa nouvelle carrière.

Parmi ses plus grands succès en tant que réalisateur, on cite « Moi y'en a vouloir des sous » sorti en 1973, « Chobizenesse » sorti en 1975 ou encore « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » sorti en 1978 et « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ » sorti en 1982.

Entre temps, s'étant découvert un véritable talent pour les affaires commerciales, Jean Yanne s'installe en Californie en 1979 et y devient un véritable homme d'affaires.


La suite

Bien qu'il se soit installé à Los Angeles, Jean Yanne retourne régulièrement au pays pour tourner. Parmi ses récentes prestations les plus mémorables, on cite « Enfants de salaud » sorti en 1995, « Tenue correcte exigée », « Fallait pas » en 1996, « Le radeau de la méduse » en 1998, « Hygiène de l'assassin » en 1999, « Le pacte des loups » en 2001 et « Gomez & Tavares » en 2003.

Au total, Jean Yanne compte à son actif plus d'une centaine de films, aussi bien en tant qu'acteur que réalisateur et aussi bien au cinéma qu'à la télévision. Parmi ses plus belles prestations à la télévision, on cite « Palace » en 1988, « L'affaire Seznec » en 1992, « La belle vie » en 1997 ou encore « Une preuve d'amour » et « Les Thibault » en 2003.

À l'apogée de son art, Jean Yanne décède le 23 mai 2003 d'une crise cardiaque et repose au cimetière des Lilas. Ce grand monsieur restera présent dans nos mémoires, non seulement pour ses films magnifiques mais également via son slogan « Il est interdit d'interdire » ainsi que pour ses participations très médiatiques à l'émission « Grosses Têtes ».

En plus de 50 années de carrière professionnelle, Jean Yanne aura côtoyé presque tous les grands noms du show-business, comme Jacques Martin, Daniel Prévost, Claude Lelouch, Coluche, Michel Serrault, ou encore Thierry Lhermitte, Jean-Paul Belmondo et Lino Ventura.