Laurent Ruquier

Né(e) le 24 février 1963 (53 ans)

Biographie

Les débuts

Laurent Ruquier voit le jour le 24 février 1963 au Havre, en Seine-Maritime, au sein d'une famille modeste mais nombreuse. Né d'une mère femme au foyer et d'un père chaudronnier aux chantiers, il se découvre très jeune de véritables talents pour la comédie et le rire.

Pour commencer, il mettra d'abord son humour satire au service du journal de son lycée. Diplômé en administration économique et en gestion d'entreprises, il délaisse l'idée d'une carrière dans le domaine comptable pour se pencher sur l'humour.

Aux débuts des années 80, il commence à la radio, auprès de stations locales du Havre. Parmi elles, on cite Radio Porte Océane, Radio Grand Large et Radio Force 7, auprès de laquelle il présente l'émission « Les petites têtes ».

En 1987, Laurent Ruquier décide de tenter sa chance dans le milieu professionnel et envoie plusieurs de ses textes à Jacques Mailhot, célèbre journaliste et dès lors animateur radio sur France Inter. Emballé, ce dernier décide de le prendre sous son aile et lui décroche une place dans l'émission télévisée « Paris kiosque », sur FR3 Île-de-France.

Aux côtés de Jacques Mailhot, Laurent Ruquier tiendra alors pendant trois mois le poste d'animateur de cette émission, avant de présenter son premier spectacle humoristique au Caveau de la République, à Paris.

Grâce à cette opportunité, Laurent Ruquier a la chance de se faire connaître d'un public plus vaste et de se faire un nom dans le métier.


La consécration

Après sa première scène, Laurent Ruquier intègre en 1988 la station de radio privée Europe 1, au sein de laquelle il sera pendant près de deux ans rédacteur de chroniques, au service de Jean Amadou et Maryse.

En 1989, il auditionne auprès de Jacques Martin et est engagé chez France 2, dans le poste de chroniqueur dans l'émission « Ainsi font, font, font… ». L'année suivante, il est embauché chez France Inter et partage l'affiche du « Vrai-Faux journal » avec Claude Villers.

En 1991, Laurent Ruquier est engagé comme animateur star de l'émission « Rien à cirer » sur la station de radio France Inter. Il devient alors célèbre un peu partout en France et fait la promotion de jeunes humoristes tels que Anne Roumanoff, Laurent Gerra, Virginie Lemoine ou encore Jean-Jacques Vanier.

En 1994, « Rien à cirer » est adaptée à la télévision sur France 2 mais Laurent Ruquier ne connaît pas le grand succès escompté. L'année suivante, une autre de ses émissions baptisée « Les Niouzes » connaît un échec cuisant sur TF1.

Lorsque l'émission radiophonique « Rien à cirer » s'arrête en 1996, il signe pour une autre émission sur France Inter, qu'il baptise « Change ment de direction ». En 1997, il anime l'émission « Dans tous les sens » sur France Inter et présente en parallèle son nouveau spectacle intitulé « Laurent Ruquier enfin gentil », qui sera suivi l'année d'après par « Laurent Ruquier encore gentil ? ».

Désormais célèbre non seulement à la télévision mais également sur les planches, Laurent Ruquier présente en 1998 une nouvelle émission télévisée intitulée « Tout le monde en parle », sur France 2.

Malgré le succès de l'émission, il se permet de Change r de chaîne la saison suivante et déménage chez Canal+. Là, Laurent Ruquier commence par épauler Marc-Olivier Fogiel à l'animation de « Un an de plus ».

En parallèle, il débute l'animation de l'émission « On va s'gêner » sur Europe 1, qui deviendra très vite une émission culte.


Au sommet

En 2000, de retour chez France 2, Laurent Ruquier devient animateur de l'émission bimensuelle « On a tout essayé », qui devient très vite une émission quotidienne. Véritable tremplin de la carrière de Laurent Ruquier, cette émission lui vaudra sa notoriété exemplaire actuelle.

Il co-anime alors l'émission avec plusieurs de ses amis chroniqueurs sur « On va s'gêner », dont entre autres Isabelle Alonso, Claude Sarraute, Philippe Geluck, Pierre Bénichou, Jean-Luc Lemoine ou encore Christophe Alévêque, Steevy Boulay et Christine Bravo.

En 2002, Laurent Ruquier présente la pièce de théâtre intitulée « La presse est unanime », dont il est l'auteur. Très demandé, il est engagé par France 3 comme commentateur en direct du Concours Eurovision.

En 2004, il présente sa pièce de théâtre « Grosse chaleur » et monte une adaptation française de « Chicago », la célèbre comédie musicale. L'année suivante, Laurent Ruquier donne naissance à deux nouvelles pièces de théâtre intitulées « Si c'était à refaire » et « Landru ».

Dans la même année, il présente sur Paris Première l'émission « Ça balance à Paris », en remplacement à Michel Field.

En 2006, Laurent Ruquier anime un nouveau talk-show baptisé « On n'est pas couché ». L'année suivante, il devient le présentateur vedette d'une émission intitulée « On n'a pas tout dit » sur France 2, succédant à « On a tout essayé ».

En parallèle, il produit plusieurs artistes dont Marie Laforêt, Véronique Rivière, Pauline Ester ou encore Michael Gregorio.

Parmi ses dernières réalisations notables, on cite la comédie musicale « Je m’voyais déjà » en 2008, qu'il a écrite.

Vidéos