© Marc Jolivet

Marc Jolivet

Né(e) le 17 juin 1950 (66 ans)

Biographie

Débuts au théâtre

Marc Jolivet voit le jour le 17 juin 1950 dans une famille d'artistes. Son père, Jacques Jolivet, et sa mère, Arlette Thomas (qui incarne les voix de Titi et Caliméro) sont toujours occupés et laissent le petit Marc et son frère Pierre grandir dans les jambes de Bourvil et Jean Vilar.

Déjà en 1967 il met en musique et chante « Le Précis de décomposition » de Cioran dans les maisons de jeunes, puis entre 1968 -1970 il monte des spectacles au Club Med, où il rencontre Guy Laporte.

En 1971, Marc Jolivet écrit sa première pièce, « 300 000 soleils ou les concierges de l'espace », jouée au Théâtre d'Edgar, suivie en 1972 par la mise en scène de sa première comédie musicale « Do you speak martien ? » au Théâtre Paris Villette. Il enseigne également l'art théâtral dans les lycées.

1973 est l'année du début de la carrière en famille. Il forme un duo avec son frère Pierre ; les deux se mettent en tête de conquérir le merveilleux monde de l'humour. L'année suivante, il compose son unique tube, « Le fils d'Hitler » et apprend la scène en première partie de Serge Lama .

En 1975, le duo des frères Jolivet assure la première partie de Marcel Amont à Bobino. Ils créent ensuite pour TF1 les clowns « Récho et Frigo » et l'émission de radio « Les nouveaux philosophes ». Ils seront plus tard licenciés par la chaine pour avoir tenu des propos écologistes inconsidérés. Marc et Pierre Jolivet aiment aussi écrire et sortent leur premier livre pour enfants « Les loupinous d'azur » en 1977.


En solo et au cinéma

En 1978, Marc Jolivet se produit en solo sur la scène de l'Olympia. Après le tournage du film « Alors heureux ? » réalisé par Claude Barrois, le duo se sépare. Marc joue son spectacle « Le moins drôle » dans les trains.

Marc Jolivet veut alors changer de domaine. De 1981 à 1986, il se lance dans le cinéma, écrit, produit, réalise et interprète « Diogène », sélectionné au festival de Cannes en 1983.

Parallèlement, il réalise une dizaine de courts-métrages dont « Le permis télé », Grand Prix du court-métrage au festival de Chamrousse en 1984, « Trois minutes » pour les 20 ans d'Amnesty International, et « Tic-tac » co-écrit avec Luc Besson .

Il revient sur les planches en 1986 avec le one-man-show « Riez, riez profitez-en, mais n'oubliez pas qu'à mon âge Ronald Reagan n'était encore qu'un acteur... » au Théâtre Déjazet, puis au Théâtre La Bruyère.
En 1988, il crée un nouveau spectacle au Théâtre Grévin « Tu m'aimes combien ? ». Avec Pierre, ils organisent à l'Olympia une soirée au profit de la fondation Balavoine.

Animé depuis toujours par une conscience politique, il se présente en 1989 aux élections municipales comme candidat écologiste face à Jean Tibéri dans le Ve arrondissement de Paris. Il obtient 11,89% des voix, meilleur score écologiste au premier tour.


Humoriste français incontournable

En 1990, Marc Jolivet jouit de six mois de triomphe au Café de la Gare, suivis par deux ans de tournée. Il écrit et produit « L'avant Journal télévisé » pour France 2 et « 20 minutes pour se faire virer » sur Europe 2.
En 1992, il écrit et joue le premier volet de la trilogie « Cet homme va sauver le monde » au Théâtre Tristan Bernard, qu'il présente plus de 200 fois à travers la France.
Le deuxième volet « Je t'aime Maë-Li » voit le jour en 1994 au Palais des Glaces.

La même année, Plon édite un recueil de ses meilleurs textes « Iconoclaste ». Le troisième et dernier volet « Gnou ! » se joue en 1997 au Théâtre du Splendid, pour plus de 100 représentations. Devant un tel succès, il est prolongé un mois au Casino de Paris.

En 2000, Marc Jolivet sort son premier roman, « L'Utopitre », chez Flammarion. Il triomphe au Casino de Paris avec le spectacle « Le Meilleur » en compagnie des Achille Tonic, Shirley et Dino et Guy Laporte.
Il réalise aussi le premier spectacle d'humour accessible aux sourds, avec Béatrice Blondeau, interprété en langues des signes.

La Sacem récompense sa carrière d'un Grand Prix de l'Humour en 2000. Il s'attaque en suite à la libre adaptation de son roman « L'Utopitre » au théâtre. La première a lieu à Bobino le 3 septembre 2002 et la tournée durera jusqu'en 2004. Son deuxième livre « Rire » sort en 2003. En 2004, on le voit sur France 3 où il réalise le téléfilm « Concours de danse à Piriac ».

A partir de 2005, il réalise son rêve d'enfant en devenant chef d'orchestre avec dans le nouveau spectacle « Comic Symphonic », accompagné par l'Orchestre Symphonique Lyonnais dirigé par Philippe Fournier. Il se produit au Casino de Paris, à l'Olympia, au Théâtre Comédia et dans toute la France. La même année, Marc Jolivet met en scène Liane Foly dans son premier spectacle « La folle parenthèse ».

En novembre 2006, il écrit et met en scène « En attendant Lucie » au Studio des Champs Elysées, adaptation du film de son frère Pierre « A l'heure où les grand fauves vont boire ».


40 ans sur scène…

En 2009, Marc Jolivet  remplit la Salle Gaveau avec son nouveau spectacle « Mon frère l'ours blanc » et part en tournée dans toute la France jusqu'en 2010. Au cours de l'été 2009, France 3 diffuse une série humoristique écrite et réalisée par Marc Jolivet « Rire c'est bon pour la planète ». Toujours engagé dans la défense de l'environnement, il y prône une écologie joyeuse. 

En décembre 2010, Marc Jolivet célèbre 40 années sur les planches avec un nouveau spectacle « Marc Jolivet fête ses 40 ans… de scène ». L'année suivante, il met en scène Liane Foly dans « La folle part en cure » et continue de fêter ses 40 ans de scènes à travers l'Hexagone. 

En 2013, l'artiste présente « Rêvez ! », son nouveau spectacle co-écrit avec le journaliste Christophe Barbier. Selon eux, les rêves peuvent changer le cours de l'Histoire ! Jouant à la fois sur l'actualité et le passé, les deux hommes prônent la dictature du rêve et imaginent un monde différente.

Un livre sort au printemps 2013, suivi par des représentations Salle Gaveau en septembre et décembre 2013. Une tournée est prévue jusqu'en 2014.

Vidéos

Photos