© CREASHORE

Patrick Dewaere

Né(e) le 26 janvier 1947 (69 ans)

Biographie

Les débuts

Patrick Dewaere, de son vrai nom Patrick Jean-Marie Henri Bourdeaux, voit le jour le 26 janvier 1947 à Saint-Brieuc, France. Avec une mère qui s'appelle Mado Maurin et qui dispose d'une brillante carrière de comédienne à son actif, on peut dire que le jeune Patrick Bourdeaux a été prédestiné à s'illustrer dans cette même voie.

Il fait ses premiers pas dans le monde du cinéma à l'âge de 4 ans, sous le nom de scène Patrick Maurin. En 1951, il joue alors dans le film d'Henri Diamant-Berger intitulé « Monsieur Fabre ».

Par la suite, il enchaîne avec une multitude de pièces de théâtre et rejoint la compagnie de Jacques Fabbri. En parallèle, il joue dans plusieurs téléfilms et effectue de nombreuses apparitions au cinéma.

À 20 ans, il décide de Change r son patronyme et d'adopter le nom de sa grand-mère maternelle, en raison de nombreux différends survenus au sein de sa famille. En Change ant son nom en Patrick Dewaere, il décide de se lancer dans le circuit professionnel.

En 1968, il intègre la bande du Café de la Gare, au sein duquel il côtoie entre autres Coluche, Sotha, Miou-Miou, Romain Bouteille, Henri Guybet, Renaud, Martin Lamotte ou encore Gérard Depardieu , Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte et Josiane Balasko.

En 1971, Patrick Dewaere décroche son premier rôle dans une grosse production et joue dans « Les mariés de l'an II ». Entre temps, il tourne dans des publicités et se découvre des talents de comédien de doublage.

En 1974, il obtient l'un des rôles principaux du film « Les valseuses », dans lequel il partage la vedette avec Jeanne Moreau et plusieurs de ses amis du Café de la Gare, dont Gérard Depardieu et Miou-Miou.


En pleine ascension

Fort de son succès dans « Les valseuses », Patrick Dewaere reçoit une multitude de propositions de rôles dans des films à succès. Rien que dans l'année 1975, il tourne dans cinq grand films dont « Lily aime-moi », « Catherine et compagnie » et « Adieu poulet », dans lequel il partage l'affiche avec Lino Ventura et qui lui ouvrira toutes les portes du cinéma français.

Après « La meilleure façon de mar Cher » et « La marche triomphale » en 1976, Patrick Dewaere enchaîne dans la même année avec une autre grosse production devenue culte et qui le rendra très célèbre.

Dans « F… comme Fairbanks », non content de sa performance d'acteur, Patrick Dewaere s'adonne également à la chansonnette et à la composition, ce qui donnera naissance à la musique du film.

Par la suite, il est à l'affiche des films « Le juge Fayard dit le shérif » et « La chambre de l'évêque » en 1977 ainsi que « La clé sur la porte » et « Préparez vos mouchoirs » l'année suivante. Lors de ces deux années, il partage la vedette avec des grands noms comme Aurore Clément, Annie Girardot, Stéphane Jobert ou encore Carole Laure et Michel Serrault.

Entre temps, il enregistre et sort un 45 tours comportant les chansons « L'autre » et « Policier », mais ne connaîtra pas le grand succès musical escompté.

En 1979, Patrick Dewaere joue dans deux des films les plus marquants de sa carrière, qui sont « Coup de tête » et « Série noire ».

Au sommet de sa gloire, il s'impose désormais comme l'une des personnalités incontournables du grand écran de l'époque.


La suite

Désormais reconnu comme étant l'une des valeurs sûres de sa génération d'acteur, Patrick Dewaere entame les années 80 avec un scandale médiatique. Peu avant la sortie de son film « Un mauvais fils », il se rend, avec plusieurs de ses amis, chez le journaliste Patrice de Nussac du « Journal du dimanche » et le tabasse.

Patrick Dewaere a agit de la sorte pour se venger du journaliste d'avoir publier à la une son projet de mariage avec sa compagne Elsa, qu'il lui a révélé en toute amitié quelques jours auparavant.

À sa sortie, le film « Un mauvais fils » récolte les mauvaises critiques des journalistes, solidaires à leur confrère tabassé.

Bien que très excellents, plusieurs des films de Patrick Dewaere qui suivront subiront la même colère des critiques et journalistes.

En 1981, après le boycott médiatique qu'a connu les films « Psy », « Plein sud », « Les matous sont romantiques » et « Hôtel des Amériques », Patrick Dewaere renoue avec le succès grâce à son film « Beau-père ».

De nouveau très demandé, il enchaîne en 1982 avec « Mille milliards de dollars » et « Paco l'infaillible », avant de retrouver les sommets avec « Paradis pour tous », dans lequel il joue un personnage dépressif et suicidaire qui reprend goût à la vie.

Le 16 juillet 1982, en pleine préparation pour interpréter le rôle du boxeur Marcel Cedan dans le film « Édith et Marcel », Patrick Dewaere se suicide à son domicile à Paris XIVe.