© CREASHORE

Rachid Bouchareb

Né(e) le 1 septembre 1953 (63 ans)

Biographie

Débuts de Rachid Bouchareb

Né à Paris en 1953, Rachid Bouchareb débute sur les plateaux de tournage en tant qu'assistant à partir de 1977. Il conserve cette place jusqu'en 1984 et se sert de cette expérience enrichissante pour produire quelques courts-métrages.

Si ces premières oeuvres ne marchent pas, il tire des leçons constructives de ces expériences et sort un premier long-métrage reconnu en 1985, « Bâton rouge ». Le film lui donne l'occasion de se faire connaître du monde du cinéma et il s'associe à Jean Bréhat pour fonder une maison de production.

Si le label « 3B » produit de nombreux longs-métrages, Rachid Bouchareb n'en oublie pas moins ses premières aspirations et réalise son second film en 1991 sous le titre de « Cheb ». Un téléfilm suivra ces premiers succès en 1992. L'oeuvre est baptisée « Des années déchirées » et rend le réalisateur très populaire auprès du public français.


Une carrière reconnue

D'origine algérienne, le réalisateur dresse un portrait poignant de sa communauté autant en terre natale qu'à l'étranger. C'est dans cet esprit qu'il signe « Poussières de vies » en 1994. Le long-métrage aura apporté un regard neuf sur les péripéties d'une communauté arabe mal connue et se retrouve cité pour l'Oscar du Meilleur film étranger en 1995.

Rachid Bouchareb tourne un téléfilm largement diffusé sur les chaînes françaises en 1997 intitulé « L'honneur de ma famille ». « Little Senegal » est présenté au public en 2001. Pour ce film, Rachid Bouchareb fait un portrait de l'Afrique vue à travers les yeux d'un expatrié qui retrouve ses racines. Le long-métrage se retrouvera récompensé du Prix du Meilleur film lors du Festival du cinéma africain de Milan.


« Indigènes » ou la consécration

Rachid Bouchareb signe le court-métrage « Le vilain petit poussin » en 2004. La réalisation est saluée par les critiques d'art de même que « L'ami y'a bon » en 2005.

L'oeuvre marquante de la carrière de réalisateur de Rachid Bouchareb sort en 2006. « Indigènes » retrace la vie d'un groupe de soldats algériens en pleine guerre pour la France. Le film décroche entre autres le Prix d'interprétation masculine lors du Festival de Cannes et se trouve cité pour une Palme d'Or.

Le Festival de Berlin gratifie son long-métrage suivant, intitulé « London river » en début 2009. Rachid Bouchareb continue sa carrière prestigieuse en 2010 avec le film « Hors-la-loi ».