© Rire & Chansons

Raymond Devos

Né(e) le 9 novembre 1922 (94 ans)

Biographie

Raymond Devos voit le jour le 9 novembre 1922, à Mouscron en Belgique, dans une famille fortuné de sept enfants. A 2 ans il déménage avec ses parents à Tourcoing, ce qui ne les empêche pas de revenir en Belgique. Du aux  problèmes financiers de son père qui s’était lancé dans l’industrie du textile, Raymond Devos doit quitter l’Institution Libre du Sacré-Cœur à l’âge de 13 ans.

La faillite de son père les oblige à aller habiter la banlieue parisienne, dans des conditions difficiles. Malgré cette situation, l’univers familial le prédispose à jongler avec la musique et à observer des spectacles dans la rue ; il travaille comme coursier et triporteur, librAIRe, ou crémier aux Halles, quand pendant la guerre il est déporté en Allemagne.
Au Service du Travail Obligatoire, pendant la guerre, il aime présenter des spectacles à ses compagnons.

Il pren d de s cours de théâtre auprès de Taniy Balachovo et d’Henri Rollan. Pendant cette période, il joue dans des pièces comme "Le médecin malgré lui" où il tient le rôle du jeune premier et interprète dans "Knock" celui du tambour, pièces avec lesquelles il part en tournée en 1946.

Rentré en France, il pren d de s cours de mime pendant trois ans avec Etienne Decroux, afin d'améLiorer ses connaissances artistiques ; il y rencontre Marcel Marceau.
En 1948 il monte le sketch "Le trois cousins" avec André Gille et Georges Denis, spectacle qui se joue au club du Vieux –Colombier et à la Rose Rouge. Il suit le duo avec Roger Verbecke : "Les pinsons" qui se produit à l’ABC et aux Trois Baudets.

Il est remarqué parMaurice Chevalier et il passe en première partie de son spectacle, "Alhambra". C’est à ce moment qu’il gagne sa consécration avec son sketch "Sens interdit".

Toujours en compagnie de son fidèle pianiste et partenAIRe, Hervé Guido, il entreprend à partir de 1956 des spectacles sur les plus grandes scènes, Bobino, l’Olympia, mais aussi dans sa ville natale, Mouscron.

Il n’accomplit seulement le rô le de mime, il essaie d’enrichir ses spectacles, adoptant des rôles de musicien, jongleur, prestidigitateur, équilibriste sur monocycle.
Très différent de ses contemporaines, Coluche et Fernand Raynaud , il se différencie par la note poétique qu’il donne au la Gage car il sait goûter aux joies de l’écriture.

Le 30 avril 1959, il épouse Simone Beguin. Malheureusement, le couple n’a pas d’enfants.

A part la scène, on retrouve Raymond Devos dans des films, le premier étant de 1957, "La Cravate" de Alejandro Jodorozski, suivi par "Ce joli monde" de Carlo Rim.
Pour "La Raison du plus fou" qu’il réalise avec François Reinchenbach en 1972 il a écrit les dialogues, mais il est également acteur.

Ce génie du verbe,  avec son écriture fouillée et précise,  sort entre 2002 et 2005, trois romans chez Le Cherche-Midi Editeur : "Les Quarantièmes délirants", "Une chenille nommée Vanessa", "Sans titre de noblesse".

Sa carrière se voit  récompensée non seulement par un public qui l’adore, mais aussi par un Molière du meilleur one-man-show en 1989, suivi en 2000 par un Molière d’honneur.

En 2005 Raymond Devos est victime d’une attaque cérébrale qui le contraint d’être hospitalisé plusieurs fois.

Le 15 juin 2006 il décède à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, suite à une crise d’œdème aigu du poumon.

Photos