© CREASHORE

Robin Williams

Né(e) le 21 juillet 1951 (65 ans)

Biographie

« Mork and Mindy », la révélation

Fils unique d'un ancien mannequin de la ville de Jackson dans le Mississippi et d'un cadre supérieur auprès d'un constructeur automobile, Robin Williams a passé une bonne partie de sa vie dans le Michigan.

Enfant calme et assez réservé, il ne surmontera sa timidité que lorsqu'il intégrera l'école d'art dramatique de New York.

Après les études primaires et secondaires à Détroit et en Californie, le futur acteur entame des études de sciences politiques avant de partir pour la fameuse école de spectacle de New York.

En effet, en 1973 le jeune homme figure parmi les vingt étudiants admis à la prestigieuse Juilliard School, et l'un des deux meilleurs étudiants à être acceptés par John Houseman dans son cours avancé. L'autre étudiant n'est autre que Christophe r Reeves qui est devenu un grand ami de Robin Williams.

Elève brillant, le comédien apprenait vite et n'avait aucun mal à maîtriser tout ce qu'on lui a appris, même les leçons de la classe de dialectes qu'il contrôlait rapidement. Repéré par le réalisateur Garry Marshall, le jeune acteur décroche le rôle de Mork dans la série télévisée « Happy days ».

Improvisant une grande partie de son dialogue plein d'humour, l'acteur est devenu si populaire auprès des téléspectateurs que son personnage a été reconduit dans le sitcom « Mork and Mindy ». Fort apprécié, ce rôle lui a valu le Golden Globe du Meilleur acteur de série télévisée, une nomination aux Emmy Awards en 1979 et une autre nomination au Golden Globe en 1980.

Cette année-là, Robin Williams a fait ses débuts au grand écran en incarnant Popeye dans le film éponyme de Robert Altman.


Les lauriers de la gloire

Parallèlement à ses stand-ups non moins réussis et ses différentes apparitions à la télévision, Robin Williams lance sa carrière au cinéma. En 1984, il fait un super tabac avec « Moscou à New York » qui lui rapporte une nomination aux Golden Globes de 1985.

Deux ans plus tard, l'acteur s'illustre sous ses meilleurs jours dans le film de Fielder Cook « Seize the day » qui augmente à bout portant sa cote de popularité. Puis mêlant les différentes activités scéniques au cinéma, il obtient la récompense du Emmy Awards pour sa performance dans « Carol, Carl, Whoopi and Robin » en 1987.

Cette année-là voit la sortie du retentissant « Good morning, Vietnam » où il incarne Adrian Cronauer, un DJ et animateur d'une émission comique d'une station radio avant la guerre vietnamienne.

Très saisissant, le rôle lui vaut la couronne du Meilleur acteur à la cérémonie des Golden Globes de 1988 ainsi qu'une nomination aux Oscars et aux BAFTA Awards.

Le prochain grand rendez-vous avec l'acteur du comique et du dramatique arrive en 1989 avec « Le cercle des poètes disparus » dans lequel il prête ses traits à John Keating, un prof de lettres très original.

Surprenant et fort acclamé pour son originalité, le film dramatique lui a rapporté une autre nomination aux Oscars, aux Golden Globes et aux BAFTA Awards.

L'année d'après, Robin Williams partage l'affiche de « L'éveil » avec Robert de Niro et dans lequel il interprète le Dr Malcom Sayer, un jeune médecin chercheur révolutionnant la vie de ses patients avec un médicament miracle.

Un rôle qui lui donne une nomination aux Golden Globes pour sa prestation dramatique.


Toujours aussi performant

D'autres performances remarquables jalonnent la carrière de Robin Williams tout au long des années 1990. En 1992, l'acteur fait encore la une des Oscars et du Golden Globe avec « Le roi pêcheur » avant d'impressionner le monde entier en prêtant sa voix au Génie d'Aladdin.

Un parfait exploit qui lui permet de remporter le prix spécial des Golden Globes de 1993 ainsi que la récompense du MTV Movie Awards dans la catégorie Meilleure performance comique.

L'année d'après, il continue à faire sensation dans son Double personnage de « Madame Doubtfire » où il est à la fois le papa souple divorcé et la gouvernante de ses trois enfants. Un succès qu'il partage avec Sally Field, Pierce Brosnan et Harvey Fierstein et qui lui vaut un autre prix MTV et un Golden Globe en 1994.

Deux ans plus tard, la vedette fait encore plus de bruits en incarnant Armand Goldman, l'amant d'Albert, le travesti de « Birdcage », un remake de Mike Nichols de « La cage aux folles ».

Un autre succès arrive en 1997 quand Robin Williams endosse Sean Maguire, le second rôle du film de Gus Van Sant « Will Hunting ». Une prestation qui ne manque pas de lui rapporter un Oscar.

Deux ans plus tard, on le retrouve au premier plan de la comédie dramatique « Docteur Patch » ou le remède par le rire qui fait un énorme carton au box-office.

Le troisième millénaire est marqué par d'autres productions bruyantes comme « La nuit au musée » de 2006, « Permis de mariage » de 2007 ou encore « Papy-sitter » de 2009.

Vidéos

Photos