© CREASHORE

Thierry Lhermitte

Né(e) le 24 novembre 1952 (63 ans)

Biographie

Débuts d’un as des mathématiques avec les amis du Splendid

As des mathématiques, Thierry Lhermitte était prédestiné à une carrière d’économiste. D’ailleurs, il faisait des études supérieures en économie quand il commença à accorder plus d’importance à l’art dramatique.

Plus tard, avec six comédiens dont quatre garçons et deux filles, il fonde la troupe Le Splendid . Ensemble, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Christian Clavier, Bruno Moynot, Marie-Anne Chazel,  Josiane Balasko et lui-même écrivent, montent et jouent différents spectacles à succès.

Parmi ceux-ci citons « Ma tête est malade » et « Je vais craquer » qu’ils présentent dans les cafés-théâtres parisiens.

Entre temps, le comédien s’initie au cinéma à travers quelques rôles secondaires. Il fait le portier dans « Les valseuses » de 1974 et le comte de Horn dans « Que la fête commence » de 1975.

En 1978, il joue Popeye, le grand dragueur dans le long-métrage culte « Les bronzés », transposition cinématographique de la pièce bruyante « Amour, coquillages et crustacés » co-créée avec les Splendid.

Le succès fulgurant du film est suivi l’année d’après par « Les bronzés font du ski », réalisé par Patrice Leconte .


Succès et break avec ses compagnons de toujours

Après l’exploit des bronzés, Thierry Lhermitte et ses amis du Splendid se retrouvent avec Isabelle Adjani dans « Clara et les chics types », la réalisation de Jacques Monnet en 1981.

Décoré d’un prix Jean Gabin, ce film sera suivi par une autre comédie retentissante intitulée « Les hommes préfèrent les grosses ». Puis en 1982, l’acteur et ses compagnons font encore un énorme carton avec le film de Jean-Marie Poiré « Le père noël est une ordure » suivi l’année d’après par « Papy fait de la résistance ».

Après ces deux films grandioses marquant un break dans l’aventure Splendid, Thierry Lhermitte continue seul dans « La smala » de 1984 où il joue le flic enrhumé. La même année, il figure sur le casting de « Les ripoux » dans le personnage de François Lesbuche, début d’une longue et fructueuse collaboration avec le réalisateur Claude Zidi.

Ce dernier va en effet lui proposer une suite de ce premier film pour en faire une trilogie. D’autres films comme l’américain « French lover », « Le mariage du siècle » où il joue les play-boys ainsi que « Nuit d'ivresse » co-écrit avec Josiane Balasko marquent également les années 1980.


Producteur de ICE3 et « Le dîner des cons »

Les années 1990 sont jalonnées d'une trentaine de films. 1991 voit d'ailleurs la sortie de « Les secrets professionnels du Dr Apfelglück » co-écrit et co-réalisé par Thierry Lhermitte. En 1994, il co-produit « Un Indien dans la ville » sur ICE3, sa maison de production avant d'enchaîner avec le tournage de « Tous les jours dimanche ».

La production sur ICE3 sera renforcée plus tard par les CD-rom de France Cinéma Interactif, l'autre société du producteur.

Quatre ans après cette expérience, l'acteur se retrouve dans le brillant « Le dîner des cons » de 1998, avec ses propos hilarants dans le rôle de l'éditeur Pierre Brochant. En 2000, il co-écrit puis produit « Le Prince du Pacifique » avant de continuer avec « Bon plan ».

Puis à partir de 2001, il continue à être très présent au grand écran. On le voit dans « Le roman de Lulu », « Effroyables jardins », « Qui perd gagne », « L'antidote » ou encore « Incontrôlable ».

En 2007, il devient le maire de Paris dans « Nothing sacred » avant d'interpréter le médecin dans « Bancs publics » de l'année d'après.

En 2009, Thierry Lhermitte apparaît dans le film d'Yves Hanchar « Sans rancune » et dans celui de Philippe Lefebvre « Le siffleur ».