Humour, démocratie et trotinettes - David Azencot - Fier d’être Français - L'actu vue par David Azencot

Le - Par .

"... Oui Bruno, oui, fier de vivre dans un Etat de Droite, de Droit, pardon, y’avait une coquille, une démocratie vibrante de vie, où ta voix compte, où on te donne le choix : pour ou contre les trottinettes en libre service ! Alors, oubliées les retraites, les vrais choix environnementaux, le changement de paradigme sociétal, on a enfin interdit ces merdes !.." - En vidéo et podcast

David Azencot - Fier d’être Français - 4 avr. 2023

Écouter

EXTRAITS

Bruno Roblès : Ah tu as voté contre donc !
David : Evidemment Bruno, et tu as l’air aussi surpris que mes parents, qui quand je leur ai dit que j’allais voter comme eux étaient « ah bon ? » tellement je passe pour un gauchiste à leurs yeux mais avant d’être un gauchiste, je suis un boomer, je suis né dans les années 70, j’ai fumé dans les bars sans mettre de ceinture de sécurité, et je n’étais pas le seul à voter dimanche !
Bruno Roblès : Oui, Il y a eu une affluence record...
David : Oh là là je pense qu’il y avait plus de gens de votants pour Hidalgo au 1er tour des Présidentielles... Une queue, mais une queue, ah, on se serait crus chez Foot Locker quand ils lancent une nouvelle Nike,sauf que là tu voyais bien que le public était moins Aya Nakamura que Charles Aznavour, alors tu vas me dire, on peut aimer les 2, oui, mais on danse moins bien sur du Nakamura avec une hanche en plastique. Et le score, 90% contre, même Xi Jinping il trouve que c’est trop !
Bruno Roblès : Ça n’avait pourtant aucune valeur juridique...
David :Oui mais Hidalgo s’est engagée à respecter le vote du peuple, vu qu’elle avait déjà décidé de se débarrasser des trottinettes. Alors oui, superbe expérience de démocratie locale, mais tant qu’à faire, j’aurais préféré qu’on me demande mon avis sur le JO, curieusement, ça s’est pas fait.
Bruno Roblès : Bon mais t’es content alors ?
David : Même pas Bruno. Même pas. Pendant que nous votions tous bien sagement après le brunch, Gérald Darmanin donnait une interview dans le JDD, et ça c’est plus dégueu qu’une trottinette qui traîne. Le titre c’était «Je ne céderai pas au terrorisme intellectuel ». Ouais, dans les 2 mots, tu te demandes lequel lui fait le plus peur. Ah moi, à la place du JDD j’aurais mis un sous-titre, « Le Courage d’un con ». Darmanin, qui va chez TPMP sans honte et qui y envoie son préfet Laurent Nunez, qui sur BFM ose encore dire que quand on voit un flic tabasser quelqu’un à terre, l’enregistrement ; « est sorti de son contexte », probablement la pire excuse après « je ne savais pas quelle était mineure ». Ah, Darmanin, t’es pas avec lui, t’es qu’un maoïste woke qui mérite d’être éborgné. Et tu sais qu’il a deux gamins, j’imagine les réunions à la maternelle...  
David : «Ah mais Timothée et Maxence, à l’école on les adore ! Bon les autres  enfants n’arrêtent pas de se cogner sur leurs mains, sur leurs poings, sur la roue de leur trottinette... Des ? Terroristes intellectuels ? Intellectuels ils mangent de la pâte à sel quand même ... Non parce que l’autre jour, le petit Enzo voulait vider la piscine à boules, ils lui ont bien fait comprendre que la violence légitime était de leur côté... »
Bruno Roblès : Et tout ça prépare l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen...
David : Oui, Darmanin, je pense que si Marine Le Pen lui propose un poste, il n’aura aucun problème à l’accepter, il doit déjà être en train de lustrer ses bottes. Et c’est ça, la différence entre une aimable crétine comme Anne Hidalgo et un dangereux imbécile comme Darmanin   : la 1ere creuse des trous dans la chaussée, le 2e creuse la tombe de la démocratie.

© Rire & Chansons