Pierre Dac et Francis Blanche - Leurs Sketches Inoxydables - Le CD à gagner

Le - modifié le - Par .

Inscrivez-vous pour participer au tirage au sort et tenter de gagner le CD "Pierre Dac et Francis Blanche -  Leurs Sketches Inoxydables " - Dans la collection « les Introuvables » - Productions Jacques Canetti

Pierre Dac et France Blanche – 12 sketches introuvables

Sortie le 15 octobre 2020

Les sketches Inoxydables de Pierre Dac et Francis Blanche

Enregistrés au Théâtre des Trois Baudets

Dans la collection « les Introuvables »
Productions Jacques Canetti
INFOS ICI http://jacques-canetti.com/

A eux deux, ils continuent d’inspirer toutes les générations d’humoristes des années 50 à aujourd’hui ! Découvrez leurs premiers sketchs issus de leur rencontre en 1950 aux Trois Baudets à l’occasion de l’exposition consacrée à Pierre DAC aux Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme à partir du 15 octobre.

INFOS ICI https://www.mahj.org/fr/programme/pierre-dac-du-cote-d-ailleurs-75839

© Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Du 15 octobre 2020 au 28 février 2021, le MAHJ (Musée d’Art et d’Histoire et du Judaïsme) présente la première exposition consacrée à Pierre Dac (1893-1975). Plus de 250 documents issus des archives familiales, extraits de films, émissions télévisées et radiophoniques contribuent à éclairer le parcours personnel et l’œuvre de ce maître de l’absurde, qui présida notamment à la naissance de l’humour contemporain.

De décembre 1948 à décembre 1951, on ignore que les sketchs et les spectacles de Pierre DAC puis du tandem Pierre DAC et Francis BLANCHE ont été créés aux Trois Baudets, le petit théâtre que Jacques CANETTI venait d’ouvrir au pied de Montmartre

C’est sur cette scène que naissent les inoubliables jeux de mots « Psychose toujours tu m’intéresses », « la répression des Freud », « Catherine de midi-six » qui s’inscrivent encore durablement dans nos mémoires.

Retrouvés en 1989 par sa fille Françoise dans les archives de Jacques Canetti, ces douze sketchs qui constituent l’album paraissent le jeudi 15 octobre dans la Collection « les Introuvables » des Productions Jacques Canetti.  
Légèrement remasterisé, Françoise dit « avoir fait le choix de conserver le son des rires de l’époque ».

© Disque vinyle 33 tours Archives Jacques Pessis

Exposition

15 octobre 2020 – 28 février 2021

Du 15 octobre 2020 au 28 février 2021, le mahJ présente la première exposition consacrée à Pierre Dac (1893-1975). Plus de 250 documents issus des archives familiales, extraits de films, émissions télévisées et radiophoniques, contribuent à éclairer le parcours personnel et l’oeuvre de ce maître de l’absurde, qui présida notamment à la naissance de l’humour contemporain.

Qui sait que dans les années 1950, il fut l’inventeur du « schmilblick », cet objet au nom yiddish « qui ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout » ? Qui se souvient qu’il créa le biglotron, « la découverte la plus scandaleusement oubliée par les autorités scientifiques, militaires et religieuses de notre époque » ? Qui a en mémoire les scènes de la désopilante série radiophonique Bons baisers de partout diffusée sur France Inter de 1965 à 1974, dont il fut coauteur ? Des années 1920 au milieu des années 1970, l’imagination et l’inventivité de Pierre Dac ont nourri la culture française savante et populaire d’un extraordinaire arsenal humoristique, que l’exposition fera redécouvrir.

André Isaac à Châlons-sur-Marne, Pierre Dac est issu d’une famille juive alsacienne qui choisit la France après l'annexion allemande de 1971. Il s’engage durant la Première Guerre mondiale, animé du désir de rendre l’Alsace-Lorraine à la France. Après l’Armistice, il se tourne vers le cabaret ; ses sketchs, chansons, et surtout ses « pensées », lui valent un succès immédiat. Dans les années 1930, il produit les premières émissions d’humour à la radio (La Société des Loufoques, La Course au Trésor...), puis fonde l’hebdomadaire L’Os à moelle, dont le tirage atteint 400 000 exemplaires.
Résistant de la première heure, il rejoint Londres en 1943 : dans Les Français parlent aux Français, au micro de la BBC, il mène une impitoyable guerre des mots contre Radio Paris. Après la guerre, il rencontre Francis Blanche, avec lequel il monte Sans issue ! aux Trois baudets, crée le célèbre « Sâr Rabindranath Duval », puis Signé Furax, le feuilleton le plus écouté de l’histoire de la radio. Il se présente à l’élection présidentielle de 1965 à la tête du Mouvement ondulatoire unifié ou MOU. En 1972, trois ans avant sa mort, celui qui s’était autoproclamé « roi des loufoques » publie ses Pensées, qui touchent une nouvelle génération.

L’exposition éclaire la créativité musicale et littéraire de Pierre Dac, ses sources, le rôle de la parodie et de la satire, ses modes d’expression très divers – et notamment l’utilisation de tous les nouveaux médias (film, radio et télévision) tout en restant attaché au cabaret et au théâtre). Elle évoque également plusieurs générations d’humoristes , qui ont été, un jour ou l’autre, ses compagnons de route. Certains d'entre eux, notamment Francis Blanche, Jean Yanne et René Goscinny, figurent au Panthéon de l’humour.

Enfin, elle restitue l’oeuvre de Pierre Dac parmi celles des maîtres de l’absurde (Samuel Beckett, Eugène Ionesco, Roland Dubillard…), redevable tant à l’argot des bouchers qu’au mot d'esprit freudien, et aborde les résonances de sa judaïté dans son parcours personnel, de citoyen et ses choix artistiques.
Une série de manifestations à l’auditorium et des visites guidées accompagnent l’exposition.
Le catalogue est publié avec les éditions Gallimard.

© DR

Lire aussi