Moi les hommes politiques, j’appelle ça les timbres, vous voyez. De face, ils vous sourient, ils sont figés. Si jamais vous leur passez la main dans le dos, alors là, ça colle…