Dans l'amour, ce qui m'envoûte, c'est la pluralité subjective. Même à deux on est six : Toi, moi, celui que je pense que tu es, celle que tu crois être moi, celle que je pense être, celui que tu voudrais être, plus tous ceux qu'on aurait pu être.